La transition énergétique, définition et fondements

Publié le 28/07/2015

 

Qu'est-ce que la transition énergétique ? Et bien la transition énergétique est en fait, et par définition, l'une des composante de la transition écologique. Si cette dernière vise le glissement de notre système vers un nouveau modèle économique et social au sein duquel modes de consommation, de production et de vivre ensemble deviendraient plus qualitatifs et justes, la transition énergétique s'attache pour sa part au basculement d'une consommation carbone, fondée sur l'énergie fossile, vers une société plus sobre, plus économe et plus propre.

La transition énergétique dans les grandes lignes

La transition énergétique : pourquoi ?

Nos sociétés modernes actuelles dépendent étroitement de notre capacité à exploiter des énergies non renouvelables telles que l'énergie fossile (pétrole, gaz, charbon) et nucléaire (uranium, plutonium). Une telle dépendance atteint d'ailleurs aujourd'hui des niveaux inégalés. Ces ressources naturelles sont quoi qu'il en soit limitées et non renouvelables. Poursuivre nos développements sociétaux dans un cadre qui devient de plus en plus restrictif, compte tenu de l'augmentation de la population et conséquemment de la consommation comme des dépenses énergétiques, nous conduit désormais dans une impasse. Que se passera t-il en effet lorsque les réserves en ressources fossiles parviendront à l'épuisement, tandis que la quasi totalité des activités humaines les rendent pour le moment encore indispensables (transports, industrie, chauffage, éclairage,...) ?

Viennent se conjuguer à cela les conséquences croissantes de l'émission de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, notamment en matière de réchauffement et de dérèglement climatiques.

Sur le fond : un changement de modèle

La notion de transition énergétique a émergé concrètement au début des années 1980. Et en ce sens, elle n'est donc pas aussi récente que cela. Le principe de la transition énergétique a pour finalité d'orienter nos sociétés actuelles, majoritairement carbonées ou nucléarisées, vers une production d'énergie plus sobre, renouvelable et vertueuse. Elle fait partie intégrante d'un nouveau modèle économique et social qui se cherche et qui induira, à terme, un changement profond dans nos modes de consommation, de production, dans nos façons de travailler et de vivre ensemble.

Pour autant, la transition énergétique se concentre principalement sur les réponses susceptibles de favoriser une meilleure gestion de nos dépenses énergétiques. Et ce, au sens où ce sont ces dernières qui ont un impact considérable sur l'épuisement des réserves classiques, sur le dérèglement climatique, et même sur notre pouvoir d'achat (le coût de l'énergie non renouvelable suivant une courbe irrémédiablement ascendante).

Avec la transition énergétique, il s'agira de trouver différents bouquets de solutions susceptibles de favoriser un changement de modèle. Accompagner la transition des énergies fossiles ou nucléaires vers des mix énergétiques certes, avec une part croissante accordée aux énergies renouvelables et moins polluantes. Mais aussi encourager toutes les solutions pouvant favoriser les économies d'énergie, en agissant notamment sur la consommation énergétique des habitations et des bâtiments au sens large.

Car sur le principe, l'énergie la moins coûteuse et la moins polluante est celle que l'on ne consomme pas. Or le bâtiment ou le logement, en France tout du moins, représente plus de la moitié de notre consommation énergétique nationale. Etant l'un des domaines les plus énergivores dans notre pays, il est celui sur lequel il est urgent et pertinent d'agir dès à présent. C'est en partie l'un des enjeux de la loi sur la transition énergétique qui vient d'être votée et sur laquelle nous reviendrons lors du prochain article, parce que cette loi débloque des leviers intéressants pour chacun d'entre nous en matière de rénovation énergétique des logements. Leviers intéressants mais pas seulement : la loi de transition énergétique va aussi devenir de plus en plus contraignante pour celles et ceux qui n'iront pas dans le sens de cette même rénovation énergétique de leur habitation.