Faire des économies d'énergie : la première source d'énergie

Publié le 13/04/2016

 

Suite aux initiatives impulsées par le gouvernement et portées par le Ministère de l'Environnement en faveur des énergies renouvelables, qu'il s'agisse de la loi pour la transition énergétique de 2015 ou la plus récente COP21, l'accent est tout naturellement mis désormais sur la production d'énergies non polluantes, disponibles dans l'environnement telles que l'énergie solaire, l'éolien, d'hydrolien, la biomasse,...

La première source d'énergie, ce sont justement les economies d'energie

Cependant, peut-être ne doit-on pas perdre de vue pour autant qu'avant même de penser "énergies renouvelables" il est nécessaire de trouver les moyens de réduire nos consommations énergétiques actuelles. Il s'agit en effet de progressivement remplacer les énergies fossiles et nucléaires par des énergies quasi-illimitées, non polluantes, facilement exploitables certes, mais tout en apprenant à gérer plus efficacement notre consommation présente (économies d'électricité et de chauffage notamment). Après des années de ressources apparemment opulentes au cours desquelles nous ne faisions pas attention - et c'était tout à fait compréhensible à l'époque, nous avons néanmoins pris de fâcheuses habitudes en matière de consommation énergétique. Aujourd'hui mieux vaut mettre en oeuvre des solutions susceptibles de nous aider à réduire cette consommation plutôt que d'en masquer les effets en cherchant à substituer nos excès par la mise en place de nouveaux modes de production énergétique.

Et en effet : la première source d'énergie est l'économie d'énergie.

Posons le sujet autrement : plutôt que de chercher à couvrir nos besoins énergétiques excessifs par les énergies renouvelables n'est-il pas préférable, en tout premier lieu, de réduire notre consommation globale ? Réduire veut-il obligatoirement dire "se priver", "revenir en arrière", "renoncer à la modernité" ? Nous pensons que non.

Nous avons tous à y gagner lorsque nous procédons à des économies d'énergie au quotidien. Pour nos finances évidemment, mais aussi pour notre environnement, pour la planète toute entière et pour les générations futures. Acquérir de nouveaux réflexes de consommation équivaut-il, d'un point de vue individuel, à pagayer sur l'océan avec un cure-dents ? Nous n'en sommes pas convaincus du tout car pour faire écho au Ministère du développement durable, "il n'y a pas de petit geste quand nous sommes 60 millions à les faire". Ces "petits gestes" passent par des choix relativement simples, des principes de bon sens qui nécessitent parfois quelques investissements - certes. Au final ils seront pourtant beaucoup plus rentables sur les moyen et long termes qu'une consommation énergétique à perte (à tous points de vue).

Faire des économies d'énergie revient - revenons à la sémantique - non pas à se priver mais à mieux gérer ses dépenses énergétiques : celles qui résultent de la performance énergétique de notre logement (isolation, chauffage et production de l'eau chaude sanitaire, climatisation, renouvellement de l'air intérieur,...), des équipements que nous utilisons (électroménager, informatique, télévisions et Hi-Fi, éclairage, véhicule de transport, gestion de l'eau), mais aussi celles qui se situent en amont des services dont nous bénéficions (extraction ou production, traitement, gestion, acheminement de ressources telles que l'eau, le gaz, l'électricité, le fioul, le bois,...) et des infrastructures que nous utilisons (usines de production, réseaux de transport,...).

Ce qui fait notre quotidien à tous, qu'il s'agisse de logement, de biens manufacturés, d'alimentation, de services, de transports, de recherche est en partie le résultat de nos ressources en matières premières et en intelligence, mais aussi de nos ressources d'énergies. Ainsi chaque domaine de la vie quotidienne correctement appréhendé et fort simplement géré peut conduire à des économies d'énergie significatives sur le plan individuel , et à des réductions massives à l'échelle d'une commune, d'une région, d'un pays. Réduire ses dépenses énergétiques ne consiste pas - contrairement à certaines idées reçues, à ne plus profiter de certaines choses. C'est en fait tout le contraire : cela nous permet d'orienter notre budget personnel vers autre chose que des dépenses de fonctionnement, pour profiter davantage de la vie, pour gagner en confort et en tranquillité d'esprit.